Accueil » Les films Troucs

Les films Troucs

Le premier film Trouc breizhonaute

Le premier épisode de la grande saga breizhonaute porte fièrement le nom d’Épisode 01.

Il fut présenté malencontreusement au 2ème Grand Festival du Film Trouc en 2009.

Pourquoi malencontreusement ?

Parce que le règlement stipulait que la durée du film ne devait pas excéder trois minutes. Ce qui n’est manifestement pas le cas, il faut bien le reconnaître.

Le règlement du Festival stipulait aussi que la musique devait être libre de droit. Il impose également chaque année trois thèmes incontournables : il y faut du sexe, de la violence et du Rock’n’roll. S’ajoute un quatrième et parfois une cinquième contrainte : le thème de l’année. Cette année-là, le thème imposé était : « Du super héros » !

Les Breizhonautes ont ainsi répondu à l’appel déchirant, lancé du fin fond du grand vide astral par le Grand Jury du Grand Festival du Film Trouc. On aura remarqué que le Grand Jury ne fait que se faire remarquer.

On aura compris aussi que les organisateurs de cet évènement intergalactique se la pètent un peu avec leurs thèmes exagérément intellectuels, pour ne pas dire élitistes…

On peut voir posées dans ce film les bases d’un graphisme épuré et monochrome, même si l’on peut constater que le film est en noir et blanc. Ici, monochrome signifie « blanc », parce que le noir n’est pas une couleur fréquentable dans cet univers. Malheureusement.

Le second film Trouc breizhonaute

Le second épisode de la grande saga breizhonaute porte fièrement le nom d’épisode 02.

Il fut présenté au Grand Festival du Film Trouc en 2010.

Ce film obtint le Trouc de la meilleure bande-son. Et la récompense fut une boîte de crayons de couleurs… Certainement une allusion perfide au graphisme épuré de cette saga breizhonaute, qui porte ombrage à la polychromie ambiante universelle.

On peut affirmer, à la décharge de l’auteur, que le temps pour réaliser ce film fut compté : un mois pour les dessins, le son, le travail des acteurs… Le prix dissuasif de l’encre de Chine ne permit pas la réalisation des ombres, des volumes et de tous ces petits détails, qui auraient pu permettre aux spectateurs d’y entrevoir quelque chose.

Il faut préciser ici que ce choix graphique s’est imposé de lui-même, puisque le drapeau des Breizhonautes n’est autre que le Gwen a Dû, qui signifie « blanc et noir » en breton. Les thèmes de l’année : sexe, violence et Rock’n’roll, comme à chaque édition. Le thème imposé cette année-là : « Utopie locale et Sérendipité », sans rire…

Utopie locale, avec les Breizhonautes, on est en plein dedans. et sé… sédiren… enfin l’autre thème, c’est Randy Pitey.

Le troisième film Trouc breizhonaute

Trouc d’Argent 2016

Le troisième épisode de la grande saga breizhonaute porte fièrement le nom d’épisode 03.

Il fut présenté au Grand Festival du Film Trouc en 2016 et fut décoré du Trouc d’Argent.

Les thèmes imposés cette année-là furent, outre les sempiternels « Sexe, Violence, Rock’n’Roll, le thème suivant : « Moi, si je s’rai petit », formulation dont le Grand Jury du Grand Festival du Film Trouc porte l’entière responsabilité.

Dans ce film, on peut admirer cet incroyable graphisme monochrome blanc sur fond de rien. On peut constater aussi un bel effort pour promouvoir la Breizhonitude.

Le quatrième film Trouc breizhonaute

Le quatrième épisode de la grande saga breizhonaute porte fièrement le nom d’épisode 04.

Il fut présenté au festival de la bande dessinée Quai des Bulles à Saint-Malo en 2016 où il ne gagna rien puisqu’il ne fut même pas sélectionné, la honte !

Pourtant le merveilleux travail effectué sur la monochromie laisse rêveur, surtout quand on regarde le film le soir, tout seul dans sa chambre, après avoir éteint la lumière, un soir de panne de secteur…

La durée du film ne devait pas excéder 5 mn générique compris, et le thème imposé était « De la musique avant toute chose », ce qui tombait à pic, parce que le quotidien breizhonaute est habité de musique, pour ceux qui ne  seraient pas au courant.

Mais le jury n’a pas su faire le rapprochement, obsédé par la lenteur du défilement des images. Mais comment faire autrement ? Pourtant, depuis Stanley Kubrick et son film 2001, l’Odyssée de l’espace, on flotte dans l’espace au ralenti…

Le cinquième film Trouc breizhonaute

Trouc des 10 ans du Grand Festival du Film Trouc

Le cinquième épisode de la grande saga breizhonaute porte curieusement le nom d’épisode 06. Sans doute une erreur du secrétariat du Festival. Il fut présenté au Grand festival du film Trouc en 2020, lors du Premier Grand Confinement et fut décoré du Trouc des 10 ans du Festival. Les thèmes imposés cette année-là : « Sexe, Violence, Rock’n’Roll » et « Confinement », ça ne s’invente pas.

Revenir en haut de page